• Chevaux : 01 64 41 02 60 |
    clinique@veto-bailly.com
    • 13 JUIL 16
    • 0
    ETABLIR UN PROTOCOLE DE VERMIFUGATION

    ETABLIR UN PROTOCOLE DE VERMIFUGATION

    L’article précédant vous a présenté les principaux parasites digestifs des équidés. Le parasitisme peut avoir des conséquences cliniques graves et il est essentiel de le gérer de façon optimale et raisonnée, et ce en collaboration avec votre vétérinaire.

     

    • LES REGLES DE BASE DE LA VERMIFUGATION

     

    La vermifugation régulière d’un effectif est nécessaire mais parfois pas suffisante. Pour établir le programme de vermifugation d’une écurie, le vétérinaire prend en compte différents critères.

    →  Les équidés

    • Les chevaux d’une même écurie doivent être vermifugés le même jour avec la même molécule.
    • Un cheval nouvellement introduit doit être vermifugé dès son arrivée, avant la mise en contact avec les congénères et avant sa mise au paddock.
    • L’âge et le statut physiologique (gestation et lactation) du cheval sont à prendre en compte.

     

    →  L’environnement

    • Le mode de vie des équidés est important : boxe, pâture en troupeau, paddock individuel…
    • La surpopulation des pâturages est un facteur de risque important.
    • Le ramassage régulier des crottins, l’entretien des boxes (boxes non humides, désinfection…) ou encore les rotations de pâtures facilitent la gestion du parasitisme.

     

    • MISE EN PLACE DU PROTOCOLE

     

    →   Les différents vermifuges

    De nombreux anthelminthiques sont disponibles. Leur spectre d’activité vis-à-vis des parasites est variable (cf tableau).

     

    tableau

    Molécules les plus fréquemment utilisées. Le fond bleu correspond à l’efficacité de la molécule.

     

    L’apparition de résistance aux anthelminthiques est à prendre en compte: les parasites peuvent développer des capacités à résister à des vermifuges classiquement efficaces. Le sous dosage est souvent incriminé dans l’apparition de ces résistances. L’alternance des molécules préviendrait l’apparition de ces résistances (2).

    A retenir…

    • Seul le praziquantel est efficace contre le taenia.
    • Pour les larves de petits strongles, seul le fenbendazole administré 5 jours consécutifs est actif sur tous les stades larvaires.
    • L’utilisation de la moxidectine est interdite chez les individus de moins de 6 mois

     

    →  Présentation des vermifuges

    Les vermifuges se présentent fréquemment sous forme de pâte orale. Depuis quelques années, certains laboratoires ont développé des vermifuges en comprimé plus appétants qui peuvent être intéressant pour des chevaux au comportement difficile. Il n’existe pas de vermifuge injectable avec AMM (autorisation de mise sur le marché) chez le cheval.

    Les vermifuges liquides sont administrés à la sonde par le vétérinaire. Encore préconisés il y a quelques années, le vermifuge sonde a perdu son intérêt avec l’apparition de vermifuges pâtes ayant des spectres d’action plus complet. Il est désormais réservé aux chevaux qui refusent l’administration à la seringue.

    photo3

     

    →  Adapter le vermifuge à la saison

    La saison influe sur le type de vers et donc le choix de la molécule doit tenir compte de la période de l’année

    photo4

    →  Fréquence de vermifugation

    Le  protocole de vermifugation n’a pas pour objectif d’obtenir un effectif exempt de vers : il vise à contrôler et limiter le parasitisme.

    • Pour les poulains, il est conseillé de les vermifuger tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois.
    • Pour les poulinières, il est conseillé de vermifuger 15 jours avant la mise bas.
    • Pour les chevaux au pré, il est conseillé de vermifuger 4 fois par an.
    • Pour les chevaux vivant au box mais ayant accès à des paddocks partagés avec d’autres chevaux, il est conseillé de vermifuger 3 à 4 fois par an.
    • Pour les chevaux au box strict (pas de paddock en commun), une vermifugation raisonnée 2 à 3 fois par an peut être pratiquée.

    →  Evaluer le parasitisme

    L’aspect des crottins est un premier critère à prendre en compte. Les examens de coprologie permettent de quantifier les larves de parasites dans les crottins (coût 20 -25 euros l’analyse).

    examens

    →  En pratique…

     

    Une fois le protocole de vermifugation établi en collaboration avec votre vétérinaire, il est conseillé :

    • De retirer les œufs de mouche  sur l’ensemble du corps de votre cheval AVANT la vermifugation.
    • Prévoir de ne pas mettre l’équidé au paddock pendant les 2 jours suivants l’administration du vermifuge, ce afin de limiter la contamination des pâtures.
    • Si le cheval vit au box, il est conseillé d’administrer le vermifuge 24-48 heures avant le curage du box.
    • Ne pas sous doser : estimer le poids de votre animal.
    • Vermifuger tout l’effectif le même jour et avec la même molécule.

     

    Le programme de vermifugation idéal n’existe pas. De nombreux facteurs sont à prendre en compte dans l’établissement du protocole de vermifugation. La collaboration avec votre vétérinaire est donc essentielle.

     

    Bibliographie :

    1. VIREVIALLE, N MERLIN. Gestion préventive de la pathologie équine (2008). La dépêche vétérinaire N° 110

     

     

     

    Leave a reply →